Bidouille et Violette / Hislaire / 1978-1986

Retournons un peu dans le passé.

Allez, quinze toutes petites années, abonnement à la médiathèque, quatre BD avalées goulument dès le samedi, le reste de la semaine, il paraît que je devais travailler.

Sambre, cette merveille (rien que le nom déjà), Yslaire, quel auteur. Tout cela m’a gentiment amenée à l’intégrale Bidouille et Violette, écrite non pas par Yslaire mais par Hislaire, il est bien précisé que cet auteur n’a rien à voir, attention.

Hislaire n’a rien à voir ou plutôt est une autre facette de l’auteur de Sambre, sa facette adolescente fragile, et drôle aussi. Bon, c’est drôlatiquement un peu désuet, mais rien que par le témoignage de l’époque, et l’émotion toujours présente sous la surface, je me suis retrouvée bien plus remuée que je n’aurais dû.

Différentes saisons

Différentes saisons

Il faut dire aussi que, si le début est très naïf et fleur bleue, la timidité de Bidouille et la gentillesse de Violette, le virage s’amorce rapidement vers un amour contrarié, leurs parents les empêchant de se voir. A contrariété, rien d’impossible, Violette brave la mort (et les toits) pour voir son amoureux. Elle tombe malade et fait de longs rêve et le troisième volume très onirique, avec un rêve coloré et sombre que fait Violette dans sa maladie désespérée.

Violette au palais des glaces

Violette au palais des glaces

Le quatrième tome repart sur une histoire normale et s’achève en queue de poisson de prostituée de sa maman.

Ok, c’est une queue de poisson. Ok, un autre album était prévu. Mais je ne crois pas qu’il devrait y avoir une suite, cette fin est juste, à mon avis. Après nous avoir tout dévoilé de leurs émois, leurs faiblesses, leurs tristesses et leurs joies, il faut laisser ces héros vivre leur vie en paix. Cette fin permet à chacun d’imaginer la suite et de rester dans l’histoire bien plus longtemps que si elle se finissait pour de vrai.

J’avais donc lu Bidouille et Violette en intégrale grâce à la médiathèque, et ça m’est revenu il y a quelques temps. Ce souvenir de BD inachevée resté en moi, il fallait que je la relise, il fallait que je l’ai, que je puisse la relire, la revoir, contempler les dessins toujours et quand je veux. Malheureusement, elle n’est plus éditée depuis des années.

Heureusement, il y a ebay, priceminister et autres fnac qui vendent des livres d’occasion, car même en boutique, c’est compliqué. C’est la dernière option, et ça marche bien, entre février et mars 2010, je me suis fait récupérer les quatre tomes. J’aime aussi l’idée qu’ils aient vécu, ils ont vu d’autres choses, d’autres personnes les ont lus, et aimés j’espère, même si à un moment, on passe à autre chose. Ok, de ce que je vois, c’est 40 euros maintenant, 220 pour l’intégrale. Il faut savoir ce qu’on veut, ça reste une excellente BD.

Bidouille et Violette à l'automne

Bidouille et Violette à l’automne

Publicités

Une réflexion sur “Bidouille et Violette / Hislaire / 1978-1986

  1. Pingback: Bernard, veux-tu m’offrir ta mort ? Sambre / Yslaire / 1986 – 1996 | Masturbation Intellectuelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s